Entretien avec Ivan Pion-Goureau, Président de l'APAEP

.

Association des Entreprises du Plateau d'Activités de la PileEntretien avec Ivan Pion-Goureau, Président de l’Association des Entreprises du Plateau d’Activités de La Pile

L’APAEP en 2012

L’association a été créée en 2005, et cela fait 3 ans déjà qu’elle est dirigée par Ivan Pion-Goureau. Ce dernier prépare le passage de témoin à l’occasion de la prochaine assemblée.

Bonjour, Ivan Pion-Goureau, Quelle était initialement la vocation de l’association ?
Le but de la création de l’association était surtout de fédérer les entrepreneurs pour améliorer la sécurité des biens sur le Plateau. C’est un point noir pour un grand nombre d’associations de Pôles d’activités. Nous n’avons pas, à ce jour, trouvé de remède miracle, même si des réflexions sont en cours.

Votre ambition est aujourd’hui plus étendue…
Il s’agit de créer du réseau intra et extra Plateau d’activités, de promouvoir les compétences de nos entreprises dans le tissu économique local, de participer au développement économique et à l’essor de l’emploi sur notre commune. Pour cela, des projets de communauté d’intérêts s’organisent avec les associations d’entreprises de Lambesc et Eguilles. Nos projets sont communs pour bon nombre d’entre eux et la découverte de volonté chez nos confrères nous permet d’espérer les faire aboutir plus facilement.
Il est essentiel de créer du lien, du réseau et de l’animation, ce à quoi nous nous employons en organisant réunions, rencontres et manifestations.

Quels types de rencontres ?
Nous organisons un rendez vous mensuel “Table ouverte”, à Saint Cannat et Lambesc en alternance. C’est un moment convivial, de rencontres, de partage, d’échanges sur nos activités respectives sans aucun formalisme ni protocole. Les dates sont sur le site internet et les tables sont ouvertes à tous.
Il existe aussi des réunions thématiques sous forme de “Petit déjeuner de l’information”. Tous les acteurs économiques locaux, entrepreneurs des pôles d’activités de Lambesc, Eguilles et Saint Cannat, représentant des différentes instances, y sont invités. Nombreux d’entre eux y sont souvent venus donner leur éclairage au débat. Ces petits-déjeuners sont organisés en étroite collaboration avec la Chambre de Commerce et de l’Industrie Marseille Provence (CCIMP).

Où se déroulent ces “Petits déjeuners de l’information” ?
Au cœur d’une Entreprise Membre de l’association, pour sortir des salles de réunion classiques et faire connaitre l’activité de chacun. Nous rassemblons systématiquement 40 à 50 personnes, ce qui est précieux dans cette période tumultueuse. Il y a de vrais échanges entre les participants. Nous sommes alors au cœur de notre mission, le réseau.

Vous organisez aussi des manifestations divertissantes !
Certes ! La Fête annuelle du Plateau de la Pile est désormais reconnue comme un rendez vous incontournable. Nous avons quasiment doublé le nombre de participants en juin 2011 par rapport à 2010. Les animations du Plateau contribuent au renforcement du réseau. Les Entrepreneurs et les salariés se côtoient, tissent des liens, découvrent un moment de convivialité sur leur lieu de travail. Tous peuvent se retrouver dans des conditions festives. C’est un moment ludique qui doit faire partie de la vie des Entreprises et de leurs salariés, et auquel nous sommes ravis que le Maire, Jacky Gérard, Josiane Duffau, l’adjointe à l’économie et bien d’autres élus, participent.

Concrètement, quelles actions avez-vous menées pour régler ou améliorer la vie des entrepreneurs sur le Plateau ?
Cette année, nous avons participé avec la Mairie à la réflexion sur l’affichage, afin que nos entreprises puissent se signaler correctement en restant dans un cadre légal. Nous souhaitons que l’affichage sauvage disparaisse et qu’il fasse place à des panneaux efficaces et normalisés. Nous avons également mis en place le site internet, qui permet d’ailleurs aux offres et demandes d’emplois, d’être en ligne. De nombreuses consultations sont faites et quelques emplois ont été pourvus par l’intermédiaire du site.

Le Développement durable est aussi une de vos préoccupations…
L’association se soucie en effet de Développement durable et favorise les initiatives de recyclage de matériel électrique et électronique. Elle organise dans ce sens une collecte dans le but de reconditionner ces matériels et en faire bénéficier des associations à but humanitaire.
Nous étudions également la possibilité de mettre en place le tri du papier au sein des entreprises, à l’instar de ce que font aujourd’hui des organismes comme la CPA. Des rencontres et études sont en cours avec la CCIMP pour avancer dans ce domaine.

Comment travaillez-vous avec le Bureau Municipal de l’Emploi ?
La relation avec le BME est de plus en plus étroite. Maryse Camoin, sa responsable, connait personnellement chacun des profils des demandeurs d’emploi, et est à même de réaliser, pour les entreprises, une sélection fine en fonction de la demande de ces dernières. Cela permet de gagner du temps et d’être en adéquation entre demandeur et entrepreneur.

La Chambre de Commerce s’est impliquée dans les pôles d’activités et structure les démarches de développement.  Quels bénéfices en tirez-vous ?
Les compétences de la Chambre sont mal connues et très importantes. Notre convention, reconduite annuellement, nous permet de la solliciter régulièrement sur des thèmes très variés. Sophie Deschamps, sa représentante, nous a permis en 2011, d’organiser plusieurs rencontres thématiques. Alexandra Rigo la remplace aujourd’hui et va nous permettre de poursuivre la démarche et d’aller chercher dans d’autres associations d’entreprises, des solutions aux problèmes concrets que nous rencontrons.

Pour terminer, parlons un peu de l’entreprise, acteur du mécénat culturel.
Vous savez que la loi sur le mécénat culturel adoptée en août 2003, encourage les initiatives d’entreprises ou de particuliers, en donnant un nouvel élan au mécénat de proximité. Les entreprises mécènes bénéficient d’une réduction de 60% du montant de l’impôt sur les sociétés pour les dons affectés aux œuvres et organismes d’intérêt général, notamment celles relevant du spectacle vivant, de la musique et du cinéma.
Nous sommes très sensibles au partenariat culture-entreprise. Marseille Culture 2013 est un formidable accélérateur de cette dynamique Culture. La Chambre de Commerce étant très impliquée, cela va nous permettre de mettre à profit ses compétences et de créer très modestement des partenariats culturels avec les Entreprises de Saint Cannat, Lambesc ou Eguilles. Nous travaillons à ce projet avec une Galerie d’Eyguières « Agora », qui nous permet de formaliser la démarche.

Nous ne désespérons pas de réussir à monter un événement Culture, avec du théâtre de rue, au sein du plateau de la Pile. Nous y travaillons avec la Compagnie Artonik depuis plusieurs années.

Je veux ajouter une dernière chose et dire que sans l’ensemble du bureau qui m’entoure, rien ne se ferait. Je me dois de les remercier chaleureusement.


Merci, Ivan Pion-Goureau, du temps que vous nous avez accordé. La Municipalité est ravie de travailler en collaboration avec votre association pour améliorer la vie de l’entreprise sur Saint-Cannat.

email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


St-Cannat Communication
Janvier 2012