L'héritage de Saint-Cannat

eglise-notre-dame-de-vie  fontaine-seigneuriale  canus-natus

Saint Cannat jouit d'une position agréable entre la capitale historique de la Provence (Aix-en-Provence) et le Pays Salonais dont Salon-de-Provence à 15 kms seulement. La ville de Saint-Cannat doit son nom à Canus Natus, ermite du Vème siècle et fils d'un prêteur Romain.

Des vestiges gallo-romains ont été découverts au lieu-dit Espinet, attestant d'une présence humaine très ancienne. Des tombes gallo-romaines ont aussi été mises à jour route d'Aix, lors de la restauration de l'église paroissiale. En revanche, le patrimoine architectural du village reste limité, la cause en étant les dégats suite au tremblement de terre de 1909.
Restent cependant des vestiges tels que ceux de la chapelle Notre Dame de Vie et de ceux de Saint André, des portes anciennes comme celle du Courredou ; et des fontaines dont la plus remarquable est celle de Notre Dame, place Gambetta.
Par aileurs, le patrimoine de Saint-Cannat peut compter sur des sites prestigieux : les châteaux de Beaupré, de la Bargemone, de la Montaurone et de la Touloubre. 

Les édifices religieux sont aussi nombreux avec l'église Notre Dame de Vie, reconstruite en 1923, la chapelle de Saint-Cannat du XVIIè siècle, les vestiges de la chapelle Notre-Dame de Vie datant du XIIe et XIIIè siècle.

les Saint-Cannadens doivent leur nom à Canus Natus. Au Vè siècle, le fils du gouverneur romain d'Aix viait retiré, en ermite, au Sauzet, lorsqu'il fut sollicité pour  être évêque à Marseille.
Il déclara alors n'accepter cette charge que si le vieux roseau déséché qui lui servait de canne reverdissait. Le vieux roseau reverdit et Cannat devint évêque.
Il fut enterré au Sauzet.
On édifia une chapelle autour de laquelle se regroupèrent quelques maisons.
C'est ainsi que naquit le village de Saint-Cannat qui se glorifie d'être associé à l'histoire du célèbre Bailli de Suffren.