Confinement : alertes aux violences intrafamiliales

confinement victimes de violences conjugalesLe confinement actuel, impératif incontournable de santé publique, entraîne une nouvelle organisation quotidienne susceptible de renforcer la solidarité familiale.
Mais cette cohabitation constante peut également contribuer au passage à l’acte d'un.e conjoint.e ou parent.e violent.e.
Victimes : donnez l’alerte en envoyant gratuitement un SMS au 114.


Initialement, le 114 est le numéro d'urgence des personnes ayant des difficultés à parler ou à entendre (malentendants, aphasiques, dysphasiques,...). Désormais, il est ouvert aux victimes de violences intrafamiliales. Ainsi, si la personne en danger ne peut pas parler (environnement menaçant, handicap,...), elle peut demander de l'aide par écrit, en envoyant un SMS gratuit au 114.

Une écoute et une orientation vers des dispositifs d’accompagnement sont également accessibles en appelant le numéro national de référence 3919, spécialement destiné aux femmes victimes de violences. Ce service reste opérationnel du lundi au samedi, de 9h à 19h.
Il est également possible de donner l’alerte dans une pharmacie, qui avertira directement les forces de l’ordre.

Une plateforme gouvernementale
Pour signaler des violences sexuelles et sexistes, et bénéficier d’assistance, le gouvernement a mis en place le site service-public.fr/cmi
Et pour plus d'informations sur les droits des victimes : arretonslesviolences.gouv.fr

Sans oublier les enfants...
Le 119, numéro d’appel pour l’enfance en danger, est joignable 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Il donne la priorité aux appels d’enfants.

...ou les parents surmenés
Face au risque de burn-out parental, notamment lorsqu’un un enfant ne cesse de pleurer, des conseils existent :
• rompre l’isolement, en téléphonant à quelqu’un de confiance
• laisser l’enfant en sécurité dans son lit, quitte à le laisser pleurer, le temps de se ressaisir
• demander de l’aide par tous les moyens, notamment en contactant son médecin traitant ou son pédiatre.
Les associations de protection de l’enfance restent également disponibles pendant le confinement.


Publié le 02/04/2020.