Depuis la place Gambetta, balade de retour vers le Musée

Sur la place Gambetta : la Fontaine Seigneuriale. Cette fontaine du XVIIème (reconstruite au XIXème) est de type aixois à quatre canons. À l’origine, elle était réservée aux seuls usage et agrément des Seigneurs du lieu.
À l’autre bout de la place : l’Hôtel de Ville. Au XVIIème siècle, a été construit ici, par les Covet de Marignane, le Château-Neuf (par opposition à celui des Evêques). Ce fut l’un des premiers édifices élevés extra-muros ; mais il fut appuyé sur le rempart. Ce Château fut aussi une bâtisse imposante, digne des Covet…
Acquis par les Bruny de la Tour d’Aigues, le Château (et le Fief) passe ensuite et par mariage aux Suffren. Ainsi, et le 17 juillet1729 y naîtra le futur Bailli de Suffren…Bien National à la Révolution, il devient ensuite auberge de ''La Mule Blanche'' puis du ''Berceau du Bailli de Suffren'', avant d’être partagé en lots et autant de propriétaires différents… Le tremblement de terre de 1909 endommagera gravement le corps principal du Château…Peu après, la Municipalité en fait l’acquisition…La bâtisse sera alors démolie et remplacée par le bâtiment de la Mairie actuelle.


visite-fontaine-seigneuriale visite-hotel-de-ville

Fontaine Seigneuriale> L'Hôtel de Ville

En face de la Mairie, le Monument aux Morts
Construit grâce à une souscription publique aux lendemains de la Première Guerre Mondiale, son ardent initiateur, Alphonse Tavernier, le voulut au cœur du village...
Derrière le Monument, une maison faisant l'angle avec la rue Van Gogh : là, comme l'indique d'ailleurs une plaque, a régné "La Majorde, une Dame Pellissier, en fait la Mère des Compagnons du Tour de France.
En continuant dans l'avenue Camille Pelletan, on découvre, au n° 20, une grande bâtisse riche d'histoire. Il s'agit de l'un des relais de poste de Saint-Cannat à côté d'une fontaine dite de l'Amandier.

visite-monument-aux-mortsvisite-fontaine-des-amandiesr
Monument aux Morts              Fontaine de l’Amandier       

En traversant l’avenue, on accède à l’avenue Paul Lafargue, où  se trouve la Chapelle Saint-Cannat… Chapelle votive, elle fut construite en 1657, en remerciement au Saint éponyme de la ville pour avoir sauvegardé la population de la paste en 1629.

 visite-avenue-paul-lafargue visite-chapelle
Avenue Paul Lafargue                                  Chapelle Saint-Cannat
 

Par la rue de Queyrelier, on rejoint le lotissement des Fontaines où se trouve la statue de Saint-Cannat. Selon la tradition, Canus Natus avait là son Ermitage.

visite-statue-saint-cannat 
Statue de Saint-Cannat

En revenant à l'Hôtel de Ville, et en contournant le bâtiment officiel, on arrive à la bibliothèque Municipale, installée dans ce que furent les communs du Château...Un peu plus loin, ''Le Courredou'', une autre des portes des remparts, datant du XVIIème... À hauteur de la pâtisserie de Mazade (qui a créé les ''Boulets de Suffren''), entre les routes de Salon et de Lambesc : la Statue du Bailli de Suffren (œuvre de Elie-Jean Vézien) érigée en 1951 ; derrière la Statue : la fontaine du Château, datant du XVIIIème… 

  visite-statue-bailli-de-suffren visite-fontaine-du-chateau
Le Courredou                              Statue du Bailli de Suffren       Fontaine du Château

 


Hors ces monuments découverts dans le circuit de visite, Saint-Cannat en compte encore d’autres…Nous retiendrons les assez nombreuses Bories, constructions en pierres sèches, qui peuvent se découvrir au hasard des promenades campagnardes ; et de même, un vieil oratoire.
Et il y a encore quelques belles bâtisses, comme le Château de la Touloubre, situé en bordure de la route d’Eguilles…

À proximité, se trouve le Château de la  Montaurone, propriété privée, dont on peut visiter la cave.
Il en est ainsi aussi du Château de Beaupré, sur la route d’Aix, construit dans le plus gracieux style des Pavillons Aixois.
À noter que, du XIIème au XIVème siècle, les domaines actuels de la Montaurone, de la Bargemone et de Beaupré, étaient des terres d’un seul et vaste domaine : celui d’une Commanderie Templière (et dont la Bargemone, qui en a gardé le nom, en perpétue le souvenir)…

Sources:
Archives Musée - Archives communales
Archives privées - Mémoire collective
Texte, conception et organisation du circuit : Jean-Claude Klein